webFuuta


Alfâ Ibrâhîm Sow (éd.)
La Femme. La Vache. La Foi. Ecrivains et Poètes du Fuuta-Jalon

Classiques Africains. Paris. Julliard. 1966. 375 p.


       Table des matieres       

Jaaren Nulaado Muhammadu — Louanges au Prophète Mohammad (suite)

Subaaɗo laaɓuɗo, jon darjaaji mawɗi, mo ngo' 12
tageefo fow tagiraa; fattiiɗo oo faɗataa!

No haani halde ko liimaanaaku selliniree 13
e fii Nulaaɗo, mo majjii fodde ɗum gasataa!

Ben Annabiijo ko Abdullaahi, on le ko ɓii 14
Saybata on woni Abdul Muttaalib, iwataa!

Ben on ko Haashimi; ɓe'e noogayo e go' naɓi haa 15
Adnaana; hunjiiɗo ɓen fillaama on sumataa!

Yumma Nulaaɗo me'en maakaama Aaminata. 16
(Juulaa e makko yo Jooman duuminaa sowitaa

Dañaaɗo wedde tenen wendoogo sappo e ɗiɗi 17
paran to Makka nde hormantaaku mun taƴataa.

Ben makko faatii adal jibineede makko; ko maa 18
ma makko ɓaawo o feeñii wonti ɗon fijataa

Nden non Haliimatu seenii Makka ɗaɓɓiri ton 19
boobo ko muynina kabii ɓen ko non waɗataa.

Laatii ko kanko yeɗaa musninde Burɗo me'en; 20
kaaweeji feeñii e ɗun, halgol ɗi ɗoo heƴataa.

Nulaaɗo fondo mu'un seekaa ga entere ɗon 21
lootaa si ittaa geɓal Seytaane ngal ño'itaa.

Ga timmunoo duuɓi nay ɗon yumma makko wulii; 22
Ko ɗon nde jeetati arnoo maama on jaɓitaa.

On wonti non e maral bappaajo makko Abuu 23
Taalibe ben cuuco jon gandal Aliyyu fataa.

O noddi faade e toowal duuɓi sappo e tati, 24
noddaandu huuɓundu yimɓe e jinna fow selataa.

Nde duubi ɗin yonunoo cappanɗe nay e go'o, 25
e suumayee o nulaa; aayeeje ɗen o fitaa.

O wakkilaa fewnugol oo kawnu fow o defaa 26
yirbinde meerente fow, keefeeru feeñitataa.

Hooreeɓe keefeeru ɓen ballii mo yeddi mo goo; 27
Ɓe fewji warde mo fii tun deeno on jaɓataa.

L'Elu, le Pur au grand rayonnement, avec qui toute
L'humanité fut créée! Qui s'en remet à lui de rien ne manquera.

C'est un devoir, pour affermir la foi, de parler du Prophète.
Ce n'est pas bien de s'y soustraire.

Abdallah est le père du Prophète. Lui-même est fils de
Chaïba qui descend d'Abdoul Mouttâleb

Dont le père est Hâchim. Vingt-et-une générations le séparent
D'Adnâne. On dit que qui en récite les noms ne brûlera pas.

La mère de notre Prophète se nomme Aaminat
(Bénis-la, ô Seigneur ! toujours et sans relâche).

Il naquit la veille du lundi douze de Paran
A La Mecque dont la vénération jamais ne s'interrompt.

Son père mourut avant sa naissance. Son grand-père,
Lorsqu'il vit le jour, sans défaillance lui tint lieu de père.

C'est alors que la nourrice Halîmat arriva à La Mecque, y cherchant
Un bébé à qui donner le sein. Telle était la coutume, chez eux.

Ainsi de l'Excellent, elle devint la nourrice.
Cette période connut des miracles qu'on ne contera pas ici.

Du Prophète, le cœur fut ouvert dans sa tendre enfance,
Lavé, débarrassé de la part de Satan, ensuite recousu.

A sa quatrième année, il perdit sa mère.
Et la huitième année venue, fut repris son grand-père.

Alors il passa sous la tutelle de son oncle Aboû
Tâleb père du Vaillant, du Savant, du Brave Alî

Il appela tous ceux de treize ans environ.
A son appel, sans tarder, répondirent hommes et diables.

Au Ramadan de ses quarante-et-un ans révolus,
Lui furent dictés les Versets du Message,

Lui fut assignée, imposée la tâche de redresser l'univers,
Détruire les négateurs pour que le paganisme jamais ne reparût.

Certains des chefs païens le défièrent et puis le contredirent;
Décidèrent de le tuer, ce que le Gardien ne leur permit jamais.

       Table des matieres       

[ Home | Hunorde | Bibliothèque | CTSAI | Abdul-Rahman | Yaafagol | Blog ]


info@webfuuta.net
webFuuta — webPulaaku © 1997-2009. Tierno Siradiou Bah & Afriq Access. All rights reserved.