webFuuta


Alfâ Ibrâhîm Sow (éd.)
La Femme. La Vache. La Foi. Ecrivains et Poètes du Fuuta-Jalon

Classiques Africains. Paris. Julliard. 1966. 375 p.


       Table des matieres       

Nge'el jamanel — Cette triste époque (suite)

Hay neene-gooto si nangu gootun fottataa. 11
Ɗen ɓerde maɓɓe ko huccondirɗe, ɗe fewtataa.

Warugol geɗal muuɗun ko mawɗun kuuɗe fow! 12
Yurmeende yawtii ɓerɗe julɓe, nde artataa

Konu maccunguure e horɓe bewnay jeyɓe ɗun, 13
hiɓe lorra julɓe e jooɗodaaɓe, ɓe wewlataa.

Seytaane mooɓii ɗin koneeli e hoore maa, 14
ngon hoggo makko o yidinii ngo, a yaltataa

Si beleeɗi fewjii, diŋŋe jillii, feewataa 15
Ibliisu tawtii nafsu ! ayɓe ɓe lannataa.

Ko nde lamɓe pottinnoo gedalɓe waliyyu en, 16
wowloobe weldi badii, ɓe wowli ko feewataa.

Ñaawooɓe ñaawiri ngeenaloy koy duncataa; 17
Fewjooɓe fewji no hewra jawle ɗe lannataa.

Ɓen lamɓe ruggii jawle, ballaŋe fow taƴaa, 18
jattaaɓe wulli e lamɓe, huunde ɓe hettataa.

Sagataaɓe wonti e wujjugol maa jattugol; 19
jon jawle en tefa feeña; huunde ɓe darnataa.

Huwwooɓe wonti e tultugol maa suuɗagol; 20
Gootel ka hammiri hella diina ɓe meemataa.

Suddiiɓe wonti e fii cuɗaari e fowtagol; 21
Mo no daɓɓa fowtere gaa, no daɓɓa ko meemataa !

Miijooji maɓɓe ko kurkaduuɓe e ɓeyɗi buy, 22
tawa cuuɗi moƴƴi e danɗe mbalndi ndi kaanataa,

E labaaɗi conci e xaalisooji e kaŋŋe buy, 23
tawa mulle juuɗe e lambe moƴƴe ɗe suytataa,

E miranji moƴƴi e fannaa noone ko moƴƴi fow, 24
caagaaje buy to ɓe nokka jeyɗo ɓe andataa.

Hiɓe ɗaɓɓa tiiri e fannaa noone ko uuri fow, 25
hiɓe hunca ɓalli ɓen jananɓe ɓe hersataa,

Même des frères nés d'une même mère, agissant de même, ne s'entendent plus.
Leurs cœurs se sont détournés et ne se reverront plus.

Tuer son propre fils est le plus grand des actes.
La compassion a quitté le cœur des croyants et n'y reviendra plus.

Une foule de serfs et de servantes enorgueillit ses maîtres
Qui font souffrir les fidèles et les voisins et les rendent malheureux.

Satan, sur toi, a rassemblé ces multitudes.
Il t'a entouré de ses remparts et tu ne peux plus en sortir.

Quand les plaisirs décident et que l'orgueil s'en mêle, il n'y a plus justice.
Iblîs l'orgueilleux s'est doublé d'un jouisseur et lesennemis n'en finissent plus.

C'est lorsque les chefs éloignèrent les fils des sages lettrés
Que les flatteurs aux doux propos se rapprochèrent pour donner de mauvais conseils.

Les juges jugèrent à la faveur de misérables et vains cadeaux.
Ceux qui décident décidèrent en vue de faire fortune.

Les chefs pillèrent les biens; toutes les routes furent coupées.
Les victimes s'en plaignirent à eux et n'en furent pas payées.

Les jeunes se mirent à voler ou à piller.
Quand les propriétaires enquêtent et découvrent, les chefs ne décident rien.

Les serfs se mettent à manquer ou à se cacher.
Où qu'ils se dirigent, aucun d'eux ne s'occupe plus de Religion.

Les femmes s'abandonnent à la parure et au repos.
Celui qui cherche le repos ici-bas cherche ce qu'il n'atteindra pas.

Les femmes ne rêvent que de servantes et de vaches à lait,
Avec de belles demeures et des lits où coucher n'est pas désagréable ;

De beaux vêtements, de l'argent et beaucoup d'or ;
Avec des bracelets et de l'ambre fin qui ne ternisse pas;

De beaux ustensiles et tout ce qui est bon ;
Des corbeilles où elles puisent les vivres à l'insu de leur mari.

Elles cherchent des onguents et tout ce qui sent bon.
Elles en enduisent le corps d'autres hommes et n'ont plus de pudeur.

       Table des matieres       

[ Home | Hunorde | Bibliothèque | CTSAI | Abdul-Rahman | Yaafagol | Blog ]


info@webfuuta.net
webFuuta — webPulaaku © 1997-2009. Tierno Siradiou Bah & Afriq Access. All rights reserved.