webFuuta


Alfâ Ibrâhîm Sow (éd.)
La Femme. La Vache. La Foi. Ecrivains et Poètes du Fuuta-Jalon

Classiques Africains. Paris. Julliard. 1966. 375 p.


       Table des matieres       

Fii duuti — A propos de l'impôt (suite)

Si a wii ko ɗaɓɓuɗo haa o okkaa hawtataa, 11
e ko honno hawtirtaa e ɗaɓɓuɗo laaxira?

Si rawaandu ƴettii jiibe julɗo le ƴettitii, 12
wa si an a andaa jiibe lettay laaxira,

E no on le moolori ndun rawaandu o townitii ? 13
Ko ɓe siɓɓe senduɓe sendidayɓe ga laaxira!

Ɓurnaaɗo maakuno suudu aduna ko jiibe nii; 14
Ko dawaaɗi ɗaɓɓata jiibe, ɗaɓɓen laaxira.

Gelinoobe duuti no arde torino ga Joomi on, 15
wata duuti taw beh, yo Alla nattu ɓe laaxira.

Hiɓe andi diina e ñaamo duuti le hawtataa! 16
Okkaaɓe duuti yeɗaaka moƴƴere laaxira.

Mo tawa oo jamaanu on ko fanɗuɗo reenuɗo, 17
hisa hisna diina mu'un ko hisiroya laaxira.

E si julɗo ƴantii duuti ñaamii, yeeto lan 18
e ko honno on jortorta moƴƴere laaxira ?

Wata ñaamu duuti! si duuti hewtii juuɗe maa, 19
maru jonnitaa ɓe, dañaa ko ñaamaa laaxira!

Wata ɗaɓɓu duuti e jiibe; julɗo no ñaama ɗun 20
si ko lorra tun haɗataa mo moƴƴere laaxira.

O haɗaaka meemude jiibe, julɗo no meema ɗun, 21
si nafaaki lorroytaa mo huunde to laaxira.

Si a taski duuti, tawaa ko tuure nde tuutuɗaa, 22
wata tuutu ñamtaa, moƴƴi hettaa laaxira.

Ko rawaandu tuutata ñamta, Alla defaali ɗun 23
wonu diina haa si ndu ɗaɓɓa moƴƴere laaxira.

Si tu dis que c'est avec celui qui cherche et gagne que tu partages,
Comment partageras-tu avec ceux qui recherchent l'autre monde ?

Pourquoi le fidèle reprendrait-il une charogne à un chien
Comme s'il ne savait pas que la charogne le fera châtier dans l'autre monde !

Et pourquoi alors conjurerait-il ce chien? Pourquoi serait-il fier ?
Ce sont des frères! leurs parts sont communes et le seront dans l'autre monde !

L'Excellent avait dit que ce monde est une charogne.
Ce sont les chiens qui courent après la charogne ! Recherchons l'autre monde !

Ceux qui prévoyaient la venue de l'impôt demandèrent au Seigneur
Que l'impôt ne les trouve point, que Dieu les ramène dans l'autre monde.

Ils savaient que Religion et mange-impôt n'ont rien de commun.
A ceux qui reçoivent l'impôt n'est pas donné le Bonheur de l'autre monde.

Celui-là est bien pauvre qui vit cette époque ! S'il prend garde,
Se préserve et préserve sa Religion, il se préservera dans l'autre monde.

Mais si le fidèle réclame et mange l'impôt, dis-moi,
Comment donc espèrerait-il le Bonheur de l'autre monde ?

Ne mange pas l'impôt. Si l'impôt arrive dans tes mains,
Garde-le et rends-le leur ; ainsi tu auras à manger dans l'autre monde.

Ne cours pas après l'impôt et la charogne. Un fidèle peut en manger
Si la souffrance seule le pousse ; il n'en sera pas privé du Bonheur de l'autre monde.

Il ne lui est pas interdit de toucher la charogne. Le fidèle peut y toucher.
S'il n'en mange pas, il n'en souffrira point dans l'autre monde.

Si tu regardes l'impôt, tu vois que c'est la vomissure que tu as vomie.
Ne ravale pas ce que tu as vomi. Ainsi tu recevras le Bonheur de l'autre monde.

C'est le chien qui vomit et ravale. Dieu ne lui a pas ordonné
De vivre dans la Religion, pour qu'il se soucie du Bonheur de l'autre monde.

       Table des matieres       

[ Home | Hunorde | Bibliothèque | CTSAI | Abdul-Rahman | Yaafagol | Blog ]


info@webfuuta.net
webFuuta — webPulaaku © 1997-2009. Tierno Siradiou Bah & Afriq Access. All rights reserved.