webFuuta


Alfâ Ibrâhîm Sow (éd.)
La Femme. La Vache. La Foi. Ecrivains et Poètes du Fuuta-Jalon

Classiques Africains. Paris. Julliard. 1966. 375 p.


       Table des matieres       s

Fii duuti — A propos de l'impôt (suite)

Ñaamayɓe luuti yo ñaamu jiibe e beere mey 24
e girayɗi ɓaawo ko hannde ɓurani ɓe laaxira,

E ribaa e jeeno ko ɓe yettanaa ɓe ko 25
yimɓe Porto tayhiiɓe moyhyhere laaxira.

Ñaamoowo luuti e ñaamo jiibe e beere fow 26
ñaamayɓe ɗe'e ko ko yiite ñaama to laaxira.

E alat ko ñande dimaasi maɓɓe, ɓe yiida ton, 27
yo ɓe ɓeydu ɗi'i, alanaa ɓe moyhyhere laaxira.

Ka Kitaabu Alla (ɓe anda din le ɗi wortataa) 28
ko kalaamu gomɗudo maa ɓe sunoyoo laaxira.

Okkaaɓe duuti si laɓɓinii, yhantooɓe ɗun 29
ɓe yobii ɓe, kuugal yoɓete aduna e laaxira.

Wata yimɓe wi'u yo ɓe sendu ɗun, ko ɓe jonnita; 30
Yo ɓe muñño, Alla yoɓay ɓe moyhyhere laaxira.

Yo ɓe sottu bayɓe e miskinaaɓe ɓe danda ɓen 31
kaɓɓol e piile, ɓe warjoyee ɗun laaxira.

Si yoɓaama duuti, ɓe wombiray wano cooyi nii 32
nde soɓeeri luuɓi kabii ɓe andaa laaxira.

Mo hebaali woo tayha hawre yoltoo tikkere, 33
wi'a Alla follu mo maa yo nattu mo laaxira

Ko wa nando kummabiteeji mayɓe ɓe juuleten, 34
en yhettataa ko wonaa baraaji ga laaxira.

Hiɓe yhetta tun, okku woo alaa, senden alaa 35
E ko honno sendirten e yedduɓe laaxira?

Si wanaa ko faalanoɗaa ko anduɓe moolinoo, 36
wata Alla tawnu ɓe ɗun, yo nattu ɓe laaxira!

Taskii si duuti ko sunna maa ko farilla 37
maa ko ndi mustahabbu ga yimɓe burnuɓe laaxira?

Les mangeurs d'impôt, qu'ils consomment aussi la charogne, l'alcool
Et le cochon ! puisqu'ils préfèrent le présent à l'autre monde.

Qu'ils pratiquent le prêt à intérêt et l'adultère! Ils ont choisi !
Ils sont avec les Blancs qui se sont privés du Bonheur de l'autre monde.

Les mangeurs d'impôt, de charogne et d'alcool,
Tous ensemble ils seront mangés par le feu de l'autre monde.

L'alat, leur dimanche, est le jour où ils se retrouvent.
Qu'ils accumulent ces actes ! Pour eux, point de Bonheur dans l'autre monde !

Dans le Livre de Dieu (qu'ils sachent que c'est inexorable),
C'est un dit véridique qu'ils brûleront sans faute dans l'autre monde.

Les maîtres de l'impôt, quand on nous a dépouillés, aux collecteurs
Font une remise. Le travail se paie ici-bas et dans l'autre monde !

Que les gens ne disent point de se partager cette remise.
Qu'ils se résignent. Dieu les paiera du Bonheur de l'autre monde.

Qu'ils rachètent les gens ruinés et les pauvres pour les préserver
Des chaînes et du fouet. Ils seront récompensés du Bonheur de l'autre monde.

Quand l'impôt est payé, ils tourbillonnent comme des mouches
Autour d'une immondice qui pue car ils ignorent l'autre monde.

Celui qui n'a rien eu, cherche querelle, se met en colère
Et demande que Dieu le révoque ou le ramène dans l'autre monde.

C'est comme pour les biens des morts, sur qui nous prions.
Nous ne prendrons pas ce qui n'est pas Bonheur dans l'autre monde.

Eux ne font que prendre. Ils ne donnent rien. « Partageons » leur est inconnu.
Comment donc partagerions-nous avec les négateurs de l'autre monde ?

A moins de convoiter ce que les savants avaient redouté,
Priant Dieu de ne pas le leur montrer, de les ramener dans l'autre monde.

Regarde ! l'impôt, est-ce une tradition religieuse, un devoir obligatoire
Ou une pratique recommandable pour ceux qui préfèrent l'autre monde ?

       Table des matieres       

[ Home | Hunorde | Bibliothèque | CTSAI | Abdul-Rahman | Yaafagol | Blog ]


info@webfuuta.net
webFuuta — webPulaaku © 1997-2009. Tierno Siradiou Bah & Afriq Access. All rights reserved.