webFuuta
Taariika


Almami Abdoulaye Bademba mo Karamoko Alfa
5è Almamy (1805-1813). Alfaya


Après l'assassinat d'Almamy Sadou, le fossé qui séparait les deux partis soriya et alfaya s'élargit davantage. La haine et l'inimitié s'installèrent dans les coeurs des Sédiyankés qui, pour le pouvoir, se combattirent avec acharnement. Chaque parti recruta des soldats parmi les esclaves capturés au cours des guerres victorieuses contre les fétichistes. Les armes et les munitions, achetées à l'étranger pour supprimer les infidèles, leur servirent à s'entre-tuer.
A partir de cette date, la Constitution ne fut plus respectée et le pouvoir revint au plus fort.
Dès l'enterrement de l'Almamy Sâdou, les Alfaya invitèrent Alfa Saliou à s'installer au trône. Celui-ci, dégoûté et exaspéré par ce qu'il avait lui-même organisé, abdiqua, rejetant à jamais « les questions de gloire », pour se consacrer au culte de Dieu.
Ce fut donc son frère puiné, Abdoulaye Bademba, qui accepta de lui succéder.
Très courageux, avec une formation très solide et ayant des grands desseins, il monta au trône avec la ferme résolution de redresser une situation qui n'était que trop détériorée. Il renouvela tout le personnel des chefferies de province (diiwe), réorganisa la justice afin de supprimer les crimes qui se multipliaient dans le pays. Son succès fut éclatant dans tous les domaines et les chroniqueurs, même de nos jours, le citent en exemple de bonté, de piété et d'équité. (Thierno Mamadou Bah


Sources
1. Thierno Mamadou Bah
2. Thierno Diallo
3. Louis Tauxier
4. Joseph Harris