webFuuta
Taariika


Les Almamis du Fuuta-Jaloo souverain
1725-1896


Tableau généalogique

Bari Seydi

Sambeegu

Kiikala

Nuhu (Nuhusiiɓe) Maaliki (Malikisiiɓe)
Ibrahima Sambegu Karamoko Alfa
1er Almaami
Alfaya
Ibrahima Sori Mawɗo Yero Poore
2ème Almaami
Soriya
Alfa Saalihu
3è Almaami
Abdulaahi Baademba
5è Almaami
Buubakar Zikru
7è Almaami
Saadu
4è Almaami
Abdul Qaadiri
6è Almaami
Yaya
8è Almaami
Buubakar Mawɗo
9è Almaami
     Umaru
10è Almaami
Ibrahima Sori Doŋol Fella
12è Almaami
 
Ibrahima Sori Daara
11è Almaami
Alfa Mamadu Paate
(n'a pas régné)
 
Ahmadu Daara
13è Almaami
Bokar Biro
14è Almaami
Abdullahi
(n'a pas régné)

Tableau chronologique

Ibrahima Sambeegu, dit Karamoko Alfa mo Timbo
1er souverain (ne porta pas le titre d'Almaami)
18 ans
Ibrahima Sori Yero Poore, dit Ibrahima Sori Mawɗo
2è souverain, premier à porter le titre d'Almaami
34 ans
Alfaya Soriya
3è. Alfa Saalihu
fils de Karamoko Alfa, assassina Saadu
(1764-1770)
4 ans 4è. Almami Saadu
fils de Ibrahima Sori Mawɗo, tué par Saalihu
(1784-1791/95)
6 ans
5è. Almami Abdullaahi Baademba
fils de Karamoko Alfa
(1796/97-1813)
16 ans 6è. Almami Abdul Qaadiri
frère de Saadu, vainquit et tua Abdulaye Baademba
1805-1813/25)
13 ans
7è. Almami Bubakar Zikru
fils de Karamoko Alfa
(1813-1814)
8 ou 9 mois 8è. Almami Yaya
frère de Abdul Qaadiri
(1825-1833/37)
8 ans
9è. Almami Bubakar Mawɗo
fils d'Abdullaahi Baademba
(1814-1839/42)
25 ans 10è. Almami Umaru
fils de Abdul Qaadiri
(1837/42-1871)
29 ans
11è. Almami Ibrahima Sori Daara
fils de Bubakar Mawɗo
(1843-1873)
30 ans 12è. Almami Ibrahima Sori Donhol Feela
demi-frère de Umaru
(1871-87/88)
19 ans
13è. Almami Ahmadu Daara
frère de Ibrahima Sori Daara
(1873-1894/95)
18 ans 14è. Almami Bubakar dit Bokar Biro
fils d'Umaru
(1889-1896)
6 ans

basé sur Th. Diallo , Laing, Hecquard, Lambert, Bayol, Noirot, Madrolle, Arcin, Marty, Tauxier.

Deux candidats Soriya furent investis à l'Imamaat, mais furent successivement assassinés par leur demi-frère, Bokar Biro, et ne purent donc accéder au pouvoir :

Les dates et la durée de règne sont approximatives.
Le traité de protectorat de 1897 met fin à la souveraineté du Fuuta-Jaloo. Jusqu'à la suppression de leur fonction sélaires en 1911, les almaami qui se succédèrent à partir de 1896 (Yilili, Umaru Bademba, etc.) ne sont que des pions soumis au jeu du gouverneur de la Guinée française.

B. Les Almaami non-souverains
La fonction séculaire — et religieuse — des Almaami fut officiellement supprimée en 1912. Exilés de Timbo, la capitale de l'Etat théocratique et de la dynastie des Seydiyaabhe — leurs ancêtres — les almaami qui se succédèrent après la capitulation du Fuuta-Jalon devant la France (1896-97) n'étaient que des figurants nommés par le gouverneur de la Guinée française. A partir des années 1950, ils furent ballotés de surcroît par les aléas de la politique des partis 1, qui culmina d'abord avec la prééminence du PDG en 1956, ensuite avec l'indépendance en 1958. Ce sont: